MOOC et apprentissage mobile : quelle relation ?

Il y a deux semaines, j’ai publié dans la Revue STICEF un article sur le thème de l’apprentissage mobile : « Baladodiffusion et apprentissage mobile : approche compréhensive des usages étudiants de l’Université libre de Bruxelles« . Le but de cette recherche était de décrire et d’analyser la manière dont les étudiants utilisent et intègrent, dans un dispositif pédagogique donné, le caractère mobile des podcasts au sein de leurs stratégies d’apprentissage.

981592_10152218267498029_328909970_o

L’analyse croisée des pratiques pédagogiques de 29 cours, de 5399 questionnaires distribués aux étudiants ainsi que de 51 entretiens compréhensifs (répétés 2 à 3 fois sur le semestre) menés avec eux apporte des résultats intéressants :

  • Une grande majorité des étudiants possèdent des outils mobiles, notamment des smartphones ou des baladeurs MP3.
  • Contrairement à la notion même de baladodiffusion, les étudiants n’utilisent pas les podcasts produits, cours enregistrés ou courtes séquences pédagogiques, en situation de mobilité et/ou sur des supports mobiles. Pour les premiers, seuls 5% des étudiants transfèrent le contenu vers des outils mobiles alors que, pour les secondes, ils ne sont que 14%.
  • Lorsque les podcasts sont utilisés sur des supports mobiles, il s’agit souvent de situation de sédentarité et les raisons avancées sont rarement liées à l’apprentissage mobile ; les étudiants justifient plutôt le recours à ces outils par facilité de transport ou pour des raisons ergonomiques.
  • Cette absence d’apprentissage mobile est justifiée par une nécessité d’un espace de travail approprié, calme et permettant l’utilisation de plusieurs supports en même temps. « Pour étudier, il faut un environnement de travail, calme, la chambre ou une salle d’étude, une salle de classe… Mais je sais qu’il y a des gens qui le font. Mais dans le métro, il fait chaud, il y a des gens qui crient, les gens sont serrés. Moi, je trouve que pour avoir déjà essayé de lire… Essayer de travailler, je le faisais mais ça ne rentrait pas, c’était dur de rester concentré. » (Et-27).

Au regard de ces résultats, quid de la question de la mobilité par rapport aux MOOC ?

Dans cette vidéo, Geoffrey Dorne souligne que son MOOC idéal serait dans son téléphone et pourrait être utilisé quand il se trouve dans les transports. Ces propos, similaires à ceux véhiculés dans les médias, sont identiques au discours tenu lors de la genèse du podcasting.

Extrait de l’article : En d’autres termes, l’idée répandue est que la baladodiffusion touchera un public jeune et, notamment, les étudiants des universités car l’apprenant peut choisir où, quand et comment il souhaite écouter ou regarder son podcast (Evans, 2008), p. 492. L’outil répondrait ainsi à une demande de pouvoir étudier en dehors des lieux classiques (salle de cours et bibliothèques) ; c’est-à-dire dans le bus, le train, voire la voiture. En outre, le podcasting faciliterait l’apprentissage « just-in-time », c’est-à-dire profiter d’un moment libre inattendu pour écouter du contenu pédagogique.

Toutefois, les expériences empiriques ont rapidement observé une absence d’usage des outils mobiles pour l’apprentissage via les podcasts et des recherches comme la nôtre permettent d’investiguer en profondeur les raisons de ce non usage.

Un des résultats de cette recherche me questionne davantage par rapport aux MOOC : si les étudiants n’ont pas d’activité d’apprentissage mobile dans un cadre formel, ils avouent utiliser des supports mobiles dans un contexte de mobilité pour « l’apprentissage informel », c’est-à-dire des podcasts, non pas créés par leurs enseignants, mais téléchargés depuis la toile et décrits comme « un plus » par rapport aux cours (cours d’autres universités, émissions scientifiques, etc.)

Sur le continuum entre apprentissage formel et apprentissage informel, où se situent les MOOC ? Si nous prenons en compte leurs caractéristiques intrinsèques ainsi que celles des participants, il s’agit clairement d’apprentissage informel. Toutefois, de par les activités qu’ils proposent et, surtout, la charge de travail demandée, les MOOC prennent les traits d’un réel apprentissage formel, nécessitant un contexte de travail propice à l’apprentissage.

Apprendre en mobilité via les MOOCs ? Je reste perplexe mais c’est à débattre et à étudier vu le taux de croissance toujours plus important des ventes d’outils mobiles. Il s’est ainsi vendu, en France, 6 millions de tablettes pour 5 millions d’ordinateurs et 48% des français utilisent plus de trois écrans par jour [Source].


Une réflexion sur « MOOC et apprentissage mobile : quelle relation ? »

  1. Votre article m’interpelle du fait que vous soulevez deux sujets forts d’à propos dans cette mouvance du changement des moyens d’éducation et de formation tant académique que professionnelle.
    J’ai beaucoup aimé votre raisonnement et la suite que vous entreprenez pour nous amener (vos lecteurs) à ces conclusions – questions.
    Travaillant dans le domaine, j’ai commencé par assister à plusieurs types de MOOCs, et bien entendu me suis mis en situation d’apprenant mobile (cell intelligent, tablette, etc.)
    Mes déductions et mes conclusions rejoignent en grande partie les vôtres. Quant aux MOOCs je pense qu’il leur reste du chemin à faire…
    D’une part on ressuscite un mode d’apprentissage d’appoint en lui donnant les lettres de créances d’un mode « complet » d’apprentissage en misant sur l’aspect social et collaboratif (je ne dis pas que les MOOC c’est nul au contraire, j’y crois) mais on se garde de dire que le mode de pensée (Mindset ou Design Thinking) reste celui du traditionnel mode descendant, or l’approche MOOC et ses outils dits de mobilité ne peuvent pas s’harmoniser facilement avec le mode linéaire descendant (cours magistraux ou plutôt en MOOC lecture de PowerPoint)
    La mobilité ne devrait pas s’imposer sur le fond (ce que les manufacturier et leurs pseudo-pédagogues vont nous vendre grassement et abondamment), les MOOC (du moins pour moi) sont dans une phase actuelle de transition! et de ce fait attendent (rapidement je l’espère) d’évoluer.
    Dans tout ceci, il faudrait que les décideurs n’oublient pas d’inclure celles et ceux qui en feront une réussite: les apprenants, les écoliers, les étudiants… en fait les personnes!
    À la suite d’une quinzaine de MOOCs auxquels j’ai pris part en totalité et de la vingtaine que j’ai cessé de suivre après la première vidéo de cours (niveau frisant la nullité), j’estime (toujours selon moi) que moins de 5% des MOOCs actuels pourraient survivre un modèle d’enseignement mixant mobilité (appoint) et MOOC (Contenu d’enseignement selon le mode ascendant)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.