EMMA – l’agrégateur européen de MOOCs multilingues à tenir à l’œil !

logo

Ce 14 avril signe la date de naissance de la petite EMMA, le European Multiple MOOC Aggregator financé par l’Union Européenne et coordonné par le groupe Federica Web Learning de l’Università di Napoli Federico II (Italie).

À l’heure actuelle, le projet fédère 12 partenaires, dont, en sus de l’université napolitaine, 3 open universités (.es, . nl, .pt), qui sont des universités financées par le gouvernement délivrant un enseignement à distance ; 4 universités traditionnelles (.co.uk, .fr, .ee, .es) ; et 4 partenaires « techniques » (.it, .es, .be).

Une plateforme de plus direz-vous ? Certes, à ceci près que son positionnement est particulièrement intéressant. À l’image du fonctionnement des institutions européennes, elle entend offrir le contenu qu’elle met à disposition en de multiples langues, par transcriptions.

The pilot will operate in two steps, first by making available a significant number of existing courses from project partners and/or MOOCs providers and then by bringing on board a second tier of universities keen to experiment with MOOCs. Pilots will run in 7 countries with a total of 16 MOOCs and will involve at least 60,000 users. Courses will be offered in the language of each country, in English, and the pilot will trial an embryo form of multi-lingual translation by offering courses in Italian and Spanish as well.

La plus-value pour les étudiants est énorme dans la mesure où l’objectif est de leur permettre de se constituer leur propre cursus pan-européen sur la base de plusieurs MOOCs, voire de modules de MOOCs.

Si la parcellisation de l’offre d’enseignement, le ciblage d’une région précise – en l’occurrence l’Union Européenne – peut questionner, le projet nous parait en revanche rencontrer au moins deux exigences conditionnelles d’une saine démocratie, à savoir, le financement public de ce qui concerne l’enseignement et l’accessibilité à tout locuteur d’une langue de l’Union équipé du matériel nécessaire. Notons aussi que each participating institutions will remain autonomous in their choice of design, methodology and tools. En d’autres termes, la plateforme ne se veut pas filtre ou crible et ne parait pas en recherche première de rentabilité pécuniaire mais s’axe sur les contenus sans que telle institution puisse se prévaloir d’une quelconque supériorité en prestige (ranking ?).

À suivre de près, donc, dès la rentrée de septembre !

[source : http://europeanmoocs.eu/blog/]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.