MOOC et piratage

Le piratage, quand il touche à la culture, pose des questions préoccupantes. S’il contrevient à tout principe légal, on peut néanmoins se demander s’il ne répond pas à une demande légitime des moins nantis d’accéder au même savoir et au même patrimoine culturel que les plus aisés.

cropped-New-Logo1

Mais qu’en est-il du piratage de cours ? Il existe sous plusieurs formes dont les plus récentes sont sans doute les enregistrements « sauvages » et les publications entre étudiants de syllabus non validés par l’enseignant. Mais doit-on là parler de piratage ou plutôt de stratégie d’apprentissage ? Si l’on définit le terme comme

Action de s’accaparer une production artistique ou intellectuelle pour en faire son profit. (TLFi)

il s’agit bien de piratage, à cette précision près que le profit n’est pas pécuniaire mais à mesurer en termes d’apprentissage, et que la manière de procéder ne se veut pas délibérément du vol de propriété intellectuelle. Ce qui dérange alors certains enseignants, c’est davantage leur manque de contrôle sur l’apprentissage. D’aucuns sanctionnent alors ces pratiques, d’autres chercheront – pour le bien des étudiants ou par seul souci de contrôle – à développer des dispositifs qui permettront de répondre à l’attendu par l’utilisation ou la mise en place de dispositifs particuliers. Citons parmi eux, l’enregistrement audio autorisé, la correction des syllabus « pirates », la diffusion de podcasts ou d’enregistrements de leurs cours.

Mais venons-en aux MOOCs. Accessibles à quiconque dispose du matériel nécessaire et de la connexion suffisante, il n’en reste pas moins qu’ils ne le sont pas, pour beaucoup, en permanence. Calqués sur le modèle de l’enseignement universitaire en auditoire, pour des soucis de gestion et d’accompagnement – voire de gestion des certifications, elles souvent payantes –, les cours dispensés en ligne sont délivrés selon un calendrier précis… donc pas si ouverts que cela. À ceci, il semblerait que les « pirates du savoir » aient déjà trouvé une réponse, désireux de s’affranchir de cette barrière horaire, comme d’autres tentent d’échapper aux obstacles géographiques d’accès à certains contenus.

En d’autres termes, sur des réseaux parallèles, se trouvent des enregistrements complets de MOOCs qui ne sont (momentanément) plus disponibles. Prenez, par exemple, le cours An Introduction to Corporate Finance, hébergé sur Coursera.

An Introduction to Corporate Finance – Coursera

Y répond désormais, hors du circuit officiel, l’ensemble des documents pédagogiques (vidéos et pdfs) sous la forme d’un téléchargement unique.

An Introduction to Corporate Finance – Téléchargement "pirate"

Comment interpréter le piratage du savoir ? La question a d’autant plus de raison d’être que ce savoir se dit massively open et déjà online. Qui sont ceux qu’intéresse obtenir le matériel de cours d’un coup ? Peut-il leur être reproché de développer par eux-mêmes leur calendrier d’apprentissage ? Peut-on leur en vouloir de chercher à obtenir des vidéos pour les transférer sur leurs différents périphériques nomades ?

À ces questions qui resteront sans réponse s’ajoutent des pistes de réflexion dans lesquelles il serait bon de s’engager concernant la plus-value de l’accompagnement que propose la plateforme d’hébergement officielle, et l’intérêt d’une découpe calendaire. Verra-t-on ultérieurement, comme les enseignants qui ont fini par rencontrer les attentes de leur public en auditoire, des plateformes qui rendent accessible le contenu des cours à qui le souhaite et quand il le souhaite ? Les refus seront-ils à mesurer en termes d’encadrement pédagogique ou de volonté de contrôle, sinon de profit par la vente de certifications (intermédiaires et finales) ?

Bref, le piratage de savoirs disciplinaires pose des questions bien plus intéressantes que celles auxquelles les seuls juristes pourraient répondre et donne l’occasion d’une pratique réflexive bienvenue sur le contenu pédagogique périphérique au cours lui-même, encore souvent transmissif.


Une réflexion sur « MOOC et piratage »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.