Que retenir d’EMOOCs 2014 ?

Quel meilleur billet d’entame que le second sommet européen sur les MOOCs qui s’est déroulé du 10 au 12 février à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Trois jours de keynote, de panels d’experts, de communications scientifiques, de retours d’expérience et de prédiction du futur. Que doit-on en retenir ? Résumé en cinq faits.

Fait n°1 – Les MOOCs sont une réalité

Au-delà du « buzzword » présent dans les médias qui laisse penser à un phénomène de mode, les Massive Open Online Courses se développent dans de nombreuses universités. Si les États-Unis détiennent un quasi-monopole des cours en ligne, l’Europe propose néanmoins déjà près de 400 cours en ligne pour les étudiants du monde entier et de nombreuses universités, comme l’Université libre de Bruxelles, sont « dans les starting-blocks ». EMOOCs 2014 a permis de confirmer qu’il ne s’agissait pas d’envisager ce qui allait se faire mais bien d’étudier ce qui était en train de se faire.

Fait n°2 – L’avenir est dans l’analytics

L’utilisateur d’un MOOC produit de la donnée, beaucoup de données : sur lui, ses choix, ses manières d’apprendre, ses activités, etc. Si celles-ci peuvent intéresser de nombreux acteurs (publics ou privés), ces données offrent surtout la possibilité de faire du learning analytics, c’est-à-dire de la collecte (facile) et de l’analyse de celles-ci, générées par l’utilisateur, afin de comprendre les processus d’apprentissage. Dans le « Research track », de nombreuses communications optaient pour cette méthodologie scientifique même si, à l’heure actuelle, les résultats restent descriptifs.

Fait n°3 – Produire un MOOC demande énormément de ressources

a34c3912b966ab2d8393e72f832d78ca 569475de171f5fba9409e86d9f920b14

Comme l’illustrent les photos ci-dessous, produire un MOOC demande des ressources financières, humaines et temporelles. Comme l’indiquait ce matin Pierre Dillenbourg : « Au départ, c’était simple de convaincre les enseignants… car ils ne savaient pas ». En effet, un MOOC demande énormément de temps ; celui-ci varie en fonction des institutions et de l’accompagnement (technique et/ou pédagogique) qu’elles proposent mais il s’agit, dans la plupart des cas, de partir de zéro, de créer le contenu et d’assurer le suivi pour la plate-forme. Dans ce cadre, l’Université de Louvain indique, au-delà des aspects techniques et audiovisuels, qu’une personne à mi-temps est nécessaire par MOOC. Á côté de l’enseignant (et de son éventuel assistant), il y a également toute une équipe tel que montré ci-dessous. Il s’agit donc, pour les universités, d’un réel investissement.

15c92b96138105504db32b9a1d85ca52

Fait n°4 – L’ère des plateformes

A quelques rares exceptions près (l’ETH Zurich qui héberge son MOOC sur sa plateforme MOODLE), la plupart des MOOCs sont hébergés sur des plateformes privées… Et il y en a beaucoup : Coursera (qui truste la moitié du marché, cfr. ci-dessous), edX, Udacity, Canvas, FutureLearn, Iversity, France Université Numérique, etc. Leurs modèles économiques, leurs conditions d’accès ou leurs conditions d’utilisation sont encore parfois flous car rarement totalement explicites. Pourtant, elles sont là et étaient très présentes à EMOOCs 2014, sur des stands, dans des panels ou dans des réunions.

x2013-12-19-mooc-provider-558.jpg.pagespeed.ic.favilqZ78K

Fait n°5 – Les MOOCs ont de l’avenir

Patrick Aebischer faisait les trois observations suivantes : le MOOC est un outil intéressant pour la formation continuée, pour le développement de certains pays ainsi que pour l’amélioration de l’enseignement « on campus » (cours hybrides). Si certains aspects se doivent d’être questionnés (le côté « massif » et sa gestion, la gratuité des cours, la privatisation des données, la notion de droit d’auteur) ou étudiés (la manière d’assurer la certification, la surcharge pour les enseignants, etc.), les MOOCs offrent effectivement une opportunité de repenser une partie de l’enseignement et de l’apprentissage. Dans cette optique, la combinaison entre accompagnement techno-pédagogique et recherche scientifique semble la manière optimale d’envisager leur développement.

Bonus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.