Archives de catégorie : Colloque

De l’efficience de la production audiovisuelle pédagogique

collque-tecfa

Lors du colloque “E-learning 3.0 : quel avenir pour la formation supérieur à l’ère du numérique” ce 17 et 18 octobre, l’équipe ULB Podcast, par l’intermédiaire de Lionel Meinertzhagen, présentera un atelier intitulé De l’efficience de la production audiovisuelle pédagogique : entre considérations théoriques et analyses d’usages.

À l’heure où fleurissent les MOOCs – lesquels succèdent ou viennent compléter les enregistrements de cours et autres formations à distance – se posent de manière plus criante, des questions – parfois nouvelles – d’ordre pédagogique, stratégique, pratique, logistique et pécuniaire. La pédagogie, vu l’ampleur du dispositif à mettre en oeuvre, est parfois laissée pour compte ou résumée à l’analyse statistique – toutefois essentielle – des big datas. Trop rarement, un réel accompagnement pédagogique chapeaute l’ensemble du processus de production des contenus, notamment la réalisation audiovisuelle. En d’autres termes, qui s’enquiert de la manière de réaliser une bonne vidéo pédagogique ? Certes, l’équipe de réalisation est soucieuse du confort de l’instructeur et du meilleur rendu possible, technologiquement parlant – haute définition, compétences en illustration/animation, etc. – mais se pose­t­elle la question de savoir quelle est la mise en forme la plus appropriée du point de vue de l’apprenant ? Quelle est la meilleure gestion des canaux auditifs et visuels pour éviter d’en arriver à ce que the processing demands evoked by the learning task […] exceed the processing capacity of the cognitive system – a situation we call cognitive overload (Mayer & Moreno, 2003, p. 45). Pour éviter que les apprenants ne surestiment leur capacité d’apprentissage dès lors qu’ils sont face à du contenu audiovisuel – parce que l’outil leur est familier ou qu’il satisfait un certain type de demande –, il est par exemple attesté que interpolating a video­recorded lecture with brief memory tests helped to boost learning in a manner that better calibrated actual with predicted performance (Szpunar et al., 2014, p. 1). Mais comment, pratiquement, la réalisation technique peut­elle être en phase avec l’attendu pédagogique ?

Dans notre atelier, nous dresserons, premièrement, un bilan actualisé des caractéristiques qui participent à la qualité d’un contenu audiovisuel à finalité pédagogique. D’une part, par l’intermédiaire d’une revue de la littérature, nous verrons, par exemple, à quel point le design (formes, couleurs) peut susciter des émotions positives propices à l’adhésion de l’apprenant et donc catalytiques d’apprentissage (Plass, Heidig, Hayward, Homer & Um, 2014). Les études de eye tracking aussi fournissent de précieux renseignements sur la manière optimale de mettre en évidence prioritairement les éléments pertinents qui sont donnés à voir (van Gog, Scheiter, 2014). D’autre part, nous aurons recours à nos recherches antérieures (Roland, 2013 ; Roland & Nauyens, 2013) et actuelles portant sur le sens que les étudiants accordent au podcast, la manière dont ils se l’approprient et infléchissent certaines de ses modalités afin qu’il réponde au mieux à leurs besoins en termes d’apprentissage. Dans un deuxième temps, l’atelier visera à débattre, avec les participants, de la plus­value pédagogique – en rendant donc l’accompagnement pédagogique essentiel à tous les niveaux – des productions audiovisuelles ainsi que de leurs possibles conséquences positives sur, notamment, l’amélioration du taux de persistance au sein des MOOCs. L’atelier cible un public de praticiens – conseillers ou ingénieurs pédagogiques – et chercheurs du domaine de l’éducation déjà ou bientôt investis dans la production de MOOCs ou leur analyse scientifique.

Si cela vous intéresse, vous êtes les bienvenus ce samedi 18 octobre entre 14:00 et 16:00 à l’Université de Genève. Nous publierons également un compte-rendu de l’atelier ici-même.

Bibliographie

MAYER, R. E., & MORENO, R. (2003). Nine Ways to Reduce Cognitive Load in Multimedia Learning. Educational Psychologist, 38(1).

PLASS, J. L., HEIDIG, S., HAYWARD, E. O., HOMER, B. D., & UM, E. (2014). Emotional design in multimedia learning: Effects of shape and color on affect and learning. Learning and Instruction, 29, 128–140.

ROLAND, N. (2013). Baladodiffusion et apprentissage mobile : approche compréhensive des usages étudiants de l’Université libre de Bruxelles. Revue STICEF, 20.

ROLAND, N., NAUYENS, V. (2013). Enseignement transmissif, apprentissage actif : usages du podcasting par les étudiants. Actes du 7ème Colloque Questions de Pédagogies dans l’Enseignement Supérieur, Sherbrooke.

SZPUNAR, K. K., JING, H. G., & SCHACTER, D. L. (2014). Overcoming overconfidence in learning from video­recorded lectures: Implications of interpolated testing for online education. Journal of Applied Research in Memory and Cognition, 2–5.

VAN GOG, T., & SCHEITER, K. (2010). Eye tracking as a tool to study and enhance multimedia learning. Learning and Instruction, 20(2), 95–99.

ULB Podcast pour penser les MOOC

Lors du 2ème Colloque international sur les TIC en éducation, une partie de l’équipe ULB Podcast a présenté ses réflexions sur les MOOC (et leur développement futur à l’Université libre de Bruxelles) à partir d’un retour d’expérience sur les quatre années de recherche-action à propos du podcasting. C’est à découvrir ci-dessous par l’intermédiaire du diaporama et du résumé ainsi qu’à approfondir dans les commentaires si vous le souhaitez.

Afin d’examiner les potentialités du podcasting, l’Université libre de Bruxelles a initié depuis l’année académique 2010-2011 une recherche-action, « ULB Podcast », visant notamment la captation et la diffusion de cours en présentiel au format audio-vidéo, audio-diaporama ou audio-vidéo-diaporama ainsi que la réalisation de courtes séquences pédagogiques audiovisuelles par les enseignants. Toutefois, loin d’être une simple « mise à disposition technologique », ULB Podcast a été développée dans une approche design-based research (Design-Based Research Collective, 2003) combinant visées pragmatiques (le développement d’un outil technologique ainsi que sa mise en œuvre au sein de dispositifs pédagogiques) et heuristiques (l’analyse des effets sur les utilisateurs). Notre contribution possède deux objectifs dans le cadre de ce symposium : d’une part, présenter la mise en œuvre d’ULB Podcast dans cette approche de design-based research. D’autre part, expliquer la manière dont cette approche a influencé l’émergence de nouvelles applications technologiques – comme un lecteur innovant de podcasts –, le développement professionnel des enseignants ainsi que les pratiques d’accompagnement des utilisateurs. Dans ce deuxième volet, nous présenterons notamment nos pratiques d’accompagnement des enseignants ainsi que nos processus de scénarisation dans le cadre de la réalisation de cours enregistrés et de capsules.

Colloque TICEducation de Montréal

Capture d’écran 2014-05-01 à 00.43.03

Selon votre fuseau horaire, débute demain – ou tout à l’heure – le 2e Colloque scientifique international sur les TIC en éducation, à Montréal. L’évènement compte plusieurs centaines de communications et est articulé en de nombreux symposiums – dont l’un, auquel nous participons, concerne les REO, podcasts vidéo et MOOC : aspects technopédagogiques liés à la scénarisation, enjeux de recherche et résultats préliminaires (coordonné par Bruno Poellhuber) – et ateliers parallèles. Nous avons veiller à nous inscrire aux présentations qui concernent l’apprentissage en ligne, par la vidéo ou, directement, les MOOCs.
MoocThings et l’équipe d’ULB Podcast couvrira l’évènement et diffusera l’un ou l’autre billet pour partager avec vous les pistes ou résultats intéressants. Plus à lire dans les prochaines heures, donc…

Que retenir d’EMOOCs 2014 ?

Quel meilleur billet d’entame que le second sommet européen sur les MOOCs qui s’est déroulé du 10 au 12 février à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Trois jours de keynote, de panels d’experts, de communications scientifiques, de retours d’expérience et de prédiction du futur. Que doit-on en retenir ? Résumé en cinq faits.

Fait n°1 – Les MOOCs sont une réalité

Au-delà du “buzzword” présent dans les médias qui laisse penser à un phénomène de mode, les Massive Open Online Courses se développent dans de nombreuses universités. Si les États-Unis détiennent un quasi-monopole des cours en ligne, l’Europe propose néanmoins déjà près de 400 cours en ligne pour les étudiants du monde entier et de nombreuses universités, comme l’Université libre de Bruxelles, sont “dans les starting-blocks”. EMOOCs 2014 a permis de confirmer qu’il ne s’agissait pas d’envisager ce qui allait se faire mais bien d’étudier ce qui était en train de se faire.

Fait n°2 – L’avenir est dans l’analytics

L’utilisateur d’un MOOC produit de la donnée, beaucoup de données : sur lui, ses choix, ses manières d’apprendre, ses activités, etc. Si celles-ci peuvent intéresser de nombreux acteurs (publics ou privés), ces données offrent surtout la possibilité de faire du learning analytics, c’est-à-dire de la collecte (facile) et de l’analyse de celles-ci, générées par l’utilisateur, afin de comprendre les processus d’apprentissage. Dans le “Research track”, de nombreuses communications optaient pour cette méthodologie scientifique même si, à l’heure actuelle, les résultats restent descriptifs.

Fait n°3 – Produire un MOOC demande énormément de ressources

a34c3912b966ab2d8393e72f832d78ca 569475de171f5fba9409e86d9f920b14

Comme l’illustrent les photos ci-dessous, produire un MOOC demande des ressources financières, humaines et temporelles. Comme l’indiquait ce matin Pierre Dillenbourg : “Au départ, c’était simple de convaincre les enseignants… car ils ne savaient pas”. En effet, un MOOC demande énormément de temps ; celui-ci varie en fonction des institutions et de l’accompagnement (technique et/ou pédagogique) qu’elles proposent mais il s’agit, dans la plupart des cas, de partir de zéro, de créer le contenu et d’assurer le suivi pour la plate-forme. Dans ce cadre, l’Université de Louvain indique, au-delà des aspects techniques et audiovisuels, qu’une personne à mi-temps est nécessaire par MOOC. Á côté de l’enseignant (et de son éventuel assistant), il y a également toute une équipe tel que montré ci-dessous. Il s’agit donc, pour les universités, d’un réel investissement.

15c92b96138105504db32b9a1d85ca52

Fait n°4 – L’ère des plateformes

A quelques rares exceptions près (l’ETH Zurich qui héberge son MOOC sur sa plateforme MOODLE), la plupart des MOOCs sont hébergés sur des plateformes privées… Et il y en a beaucoup : Coursera (qui truste la moitié du marché, cfr. ci-dessous), edX, Udacity, Canvas, FutureLearn, Iversity, France Université Numérique, etc. Leurs modèles économiques, leurs conditions d’accès ou leurs conditions d’utilisation sont encore parfois flous car rarement totalement explicites. Pourtant, elles sont là et étaient très présentes à EMOOCs 2014, sur des stands, dans des panels ou dans des réunions.

x2013-12-19-mooc-provider-558.jpg.pagespeed.ic.favilqZ78K

Fait n°5 – Les MOOCs ont de l’avenir

Patrick Aebischer faisait les trois observations suivantes : le MOOC est un outil intéressant pour la formation continuée, pour le développement de certains pays ainsi que pour l’amélioration de l’enseignement « on campus » (cours hybrides). Si certains aspects se doivent d’être questionnés (le côté “massif” et sa gestion, la gratuité des cours, la privatisation des données, la notion de droit d’auteur) ou étudiés (la manière d’assurer la certification, la surcharge pour les enseignants, etc.), les MOOCs offrent effectivement une opportunité de repenser une partie de l’enseignement et de l’apprentissage. Dans cette optique, la combinaison entre accompagnement techno-pédagogique et recherche scientifique semble la manière optimale d’envisager leur développement.

Bonus