De la réalisation d’une vidéo pédagogique à son efficience : l’accompagnement

La réalisation d’un MOOC procède par la succession d’une série d’étapes qui pourraient être intitulées comme suit[1] :

1

Mais si toutes ces étapes sont nécessaires, elles ne sont pas suffisantes pour garantir la qualité d’un tel cours. En effet, cette conduite, bien qu’adoptée par bon nombre de concepteurs de MOOCs – lesquels sont souvent réalisés dans une perspective technocentriste – oublie de mentionner, à chaque niveau, l’accompagnement (techno)pédagogique. Ce n’est pas le tout d’un MOOC qu’il soit réalisable ou réalisé ; il n’aura de pertinence que s’il est pédagogiquement efficace. Cet accompagnement se doit d’aller de l’entretien initial avec l’enseignant pour discuter des tenants et aboutissants de l’implication d’une adaptation d’un cours au format MOOC à la production des documents pédagogiques, en passant par la scénarisation sous la forme de storyboard, l’analyse des comportements étudiants en vue d’améliorer le produit, voire par les aspects les plus techniques de la production pédagogique. En effet, ces derniers n’ont absolument rien d’accessoire et un travail pédagogique en amont de la production audiovisuelle permet d’éviter la surcharge des processus cognitifs impliqués[2], voire d’améliorer la compréhension[3], la persistance[4] ou la motivation[5].

Avant la conception technique, qui elle aussi tiendra compte des moyens à mettre en oeuvre pour optimiser le bénéfice pédagogique, il s’agit de travailler, en amont, sur les objectifs et le contenu.

2

Comme figuré ci-dessus[6], chaque étape dépend de celle(s) qu’elle englobe et n’arrive que dans un dernier temps la transposition même du contenu disciplinaire en contenu enseignable. Cette dernière doit tenir compte de ce que le MOOC est délivré à intervalles réguliers, donc s’organiser selon un chapitrage rigoureusement repensé pour un format de vidéo ne dépassant pas une quinzaine de minutes. Le calendrier habituel prévoit 5-6 vidéos de 10-12 minutes par semaine sur un total de 6 semaines. À ces vidéos théoriques s’ajoutent le contenu pédagogique annexe et la préparation des évaluations sous la forme de tests formatifs, sommatifs et d’un examen. Il va de soi qu’un accompagnement pédagogique est nécessaire pour leur conception et l’analyse des résultats.

Pour ces différentes raisons, un MOOC réussi est à concevoir comme le résultat d’un travail d’équipe et de dialogue permanent entre l’enseignant et l’équipe d’accompagnement. Ainsi, aux étapes figurées précédemment se superposent, pour chaque module, celles d’accompagnement schématisées ci-après.

3


[1] Cisel, M. (s.d.). Guide du MOOC, Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, p. 11
[2] Mayer, R. E., & Moreno, R. (2003). Nine Ways to Reduce Cognitive Load in Multimedia Learning. Educational Psychologist, 38(1), 43–52.
[3] Van Gog, T., & Scheiter, K. (2010). Eye tracking as a tool to study and enhance multimedia learning. Learning and Instruction, 20(2), 95–99.
[4] Szpunar, K. K., Jing, H. G., & Schacter, D. L. (2014). Overcoming overconfidence in learning from video-recorded lectures: Implications of interpolated testing for online education. Journal of Applied Research in Memory and Cognition, 2–5.
[5] Plass, J. L., Heidig, S., Hayward, E. O., Homer, B. D., & Um, E. (2014). Emotional design in multimedia learning: Effects of shape and color on affect and learning. Learning and Instruction, 29, 128–140.
[6] Unow. (2013). Design de MOOC – concevoir un parcours d’apprentissage dans le cadre d’un MOOC, p. 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.